preloader

Jurisprudence

🇨🇮Côte d'Ivoire
Ohadata J-10-185
Arrêt n° 047/2009, Affaire : Union Internationale de Banques en Guinée (UIBG) (Conseils : Cabinet Alpha Bakar BARRY, Avocats à la Cour) contre Etablissements Alpha Oumar BARRY, Recueil de jurisprudence de la CCJA, n° 14, juillet-décembre 2009, p. 39 Cour Commune de Justice et d'Arbitrage (CCJA) Arrêt du 12/11/2009

Ordonnance De Sursis A Execution Rendue Par La Cour De Cassation Saisie Par Un Pourvoi Contre La Decision Incriminee - Demande Faite A La Ccja D'annulation De Ladite Ordonnance - Inapplication De L'article 49 Auipsrve - Rejet De La Demande D'annulation
Saisie Des Comptes Bancaires D'un Debiteur - Application De L'aupsrve - Pourvoi En Cassation - Incompetence De La Cour Supreme Nationale (guinee) - Annulation De L'arret De La Cour Supreme De Guinee

En l'espèce, l'Ordonnance n° 07/045/0RD/PP/CS du 26 juillet 2007 du Premier Président de la Cour Suprême de Guinée a été rendue sur requête aux fins de sursis à exécution en application de l'article 78 de la loi organique n° 91/08/CTRN du 23 décembre 1991 portant attributions, organisation et fonctionnement de la Cour Suprême de Guinée; cette procédure de sursis à exécution est ouverte en cas de pourvoi en cassation contre une décision donnée et obéit à des règles de procédures spécifiques; l'affaire ayant donné lieu à cette ordonnance ne soulève aucune question relative à l'application des Actes uniformes et des règlements prévus au Traité institutif de l'OHADA ; en effet, contrairement à ce que prétend la demanderesse au pourvoi, l'article 49 alinéa 1er de l'Acte uniforme susvisé n'est pas applicable en l'espèce, la procédure de sursis à exécution introduite le 15 juin 2007 et qui a abouti à l'ordonnance attaquée n'ayant pas eu pour effet de suspendre une exécution forcée déjà engagée la signification-commandement de payer en date du 24 avril 2007 ne pouvant être considérée, en l'espèce, comme un acte d'exécution mais plutôt d'empêcher qu'une telle exécution puisse être entreprise; il s'ensuit que la Cour de céans doit se déclarer incompétente pour statuer sur le recours en annulation de l'Ordonnance n° 07 /045/0RD/PP/CS du 26 juillet 2007.
En l'espèce, il ressort des pièces du dossier de la procédure que, bien que l'Arrêt n° 29 du 04 avril 2008 n'ait pas fait état de l'exception d'incompétence soulevée par l'UIGB, cette dernière avait, par mémoire en défense en date du 16 août 2007, reçu le 17 avril au greffe de la Cour Suprême et enregistrée sous le n° 565, soulevé l'incompétence de la Cour Suprême de Guinée à connaitre du pourvoi exercé devant elle par les Etablissements Alpha Oumar BARRY; l'affaire sur laquelle le Juge des Référés, le Tribunal de première instance de KALOUM et la Cour d'appel de Conakry se sont prononcés respectivement par Ordonnance n° 23 du 07 mars 2006, Jugement n° 020 du 04 mai 2006 et Arrêts n° 310 du 03 octobre 2006 et n° 16 du 30 janvier 2007, est relative à une rétention exercée sur la provision des comptes des Etablissements Alpha Oumar BARRY; cette procédure est régie, en République de Guinée, par l'Acte uniforme portant organisation des suretés depuis le 21 novembre 2000, date d'entrée en vigueur dudit Acte uniforme, la Guinée ayant adhéré au Traité institutif de l'OHADA le 05 mai 2000 et déposé l'instrument d'adhésion le 22 septembre 2000 ; ainsi la procédure relative à la rétention exercée sur la provision des comptes étant engagée le 19 janvier 2006 par exploit d'huissier devant le juge des référés du Tribunal de première instance de Conakry, elle relève désormais, en cassation, de la compétence de la Cour de céans par application de l'article 14 alinéa 3 du Traité institutif de l'OHADA; la Cour Suprême de Guinée s'étant par conséquent déclarée compétente à tort pour connaître du pourvoi en cassation exercé par les Etablissements Alpha Oumar BARRY contre les Arrêts n° 310 du 03 octobre 2006 et n° 16 du 30 janvier 2007 de la Cour d'appel de Conakry, sa décision est réputée nulle et non avenue en application des dispositions de l'article 18 du Traité précité.

Article 49 Aupsrve
Article 14 Du Traité Ohada
Article 18 Du Traité Ohada

Actualité récente

couverture

Publication de l'ouvrage intitulé : L'arbitrage CPA, L'arbitrage CRCICA, L'arbitrage et La médiation OHADA

Cet ouvrage rassemble les Actes du colloque international organisé par l'APAA, les 23 et 24 mai 2018 à Yaoundé (Cameroun) pour promouvoir l'arbitrage OHADA qui venait d'être reformé, de faire connaître la médiation OHADA dont l'Acte uniforme venait d'être adopté, mais aussi l'arbitrage porté par certaines institutions d'arbitrage opérant en Afrique tels que la Cour Permanente d'Arbitrage (CPA), le Centre Régional d'Arbitrage Commercial International du Caire (CRCICA).

Formation sur le tiers saisi dans la saisie-attribution de créances OHADA, UVIRA, Sud-Kivu, 15 mai 2021

Le Cabinet Maître Bruno Buanga et associés en collaboration avec Le Corps des défenseurs judiciaires d'UVIRA (Sud-Kivu) organisent un séminaire de formation sur : Le tiers saisi dans l'exécution de la saisie-attribution de créances en droit OHADA : Analyse de la jurisprudence de la CCJA OHADA, le 15 mai 2021 de 09h00 à 13h00 dans la salle d'audience du Tribunal de paix d'Uvira.

affiche

Réunion conjointe CNUDCI - OHADA - OIF Enjeux et défis de la réglementation de l'économie numérique en Afrique et dans la sphère francophone, 11 mai 2021

La Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (CNUDCI) et l'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) organisent, avec le soutien de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), le 11 mai 2021, à 10h (heure de Vienne), un webinaire sur les « Enjeux et défis de la réglementation de l'économie numérique en Afrique et dans la sphère francophone ».

Concours national « Meilleurs jeunes juristes OHADA » édition 2021 organisé par Cercle OHADA du Burkina à Ouagadougou

Cercle OHADA du Burkina a organisé comme chaque année dans le cadre de son programme d'activités le Concours national « Meilleurs Jeunes Juristes OHADA » afin de promouvoir le droit OHADA et de donner l'occasion aux étudiants des universités, instituts, grandes écoles de formation, de mieux s'approprier les textes juridiques qui règlementent l'environnement des affaires dans notre espace communautaire.

photo1

8ème édition du Salon National des Etudiants et Cadres Comptables (SNEC), Abidjan, 24 avril 2021

Dans le cadre de ses missions de soutien aux initiatives privées, UNIDA/www.ohada.com accompagne depuis 2016 l'Association des Etudiants en Finance Comptabilité et Gestion des Entreprises de Côte d'Ivoire (AEFCGE-CI) dans l'organisation du Salon National des Etudiants et Cadres Comptables (SNEC), dont la 8ème édition s'est tenue le samedi 24 avril 2021 à la salle de la ROTONDE de la cité financière au Plateau à Abidjan, avec pour thème central : « Comment la transformation digitale redéfinit-elle le métier comptable ? ».

Webinaire sur les enjeux et défis de l'économie numérique en Afrique et dans la sphère francophone, le 11 mai 2021

La Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (CNUDCI) et l'Organisation pour l'harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA), en partenariat avec l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) organisent le 11 mai prochain un webinaire sur les enjeux et défis de l'économie numérique en Afrique et dans la sphère francophone.