Présentation de l'OHADA

Presentation-OHADA_Page_16.jpg L'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) a été créée par le Traité relatif à l'Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique.

En savoir plus

Jurisprudence

 
Cour Commune de Justice et d'Arbitrage (CCJA) • Arrêt du 17/07/2008

Ohadata J-10-15

Arrêt n° 044/2008, Société Africaine de Relations Commerciales et Industrielles dite SARCI Sarl (Mes Elie VLAVONOU KPNOU & Yvon DETCHENOU) c/ 1°) ATLANTA TELECOM SA (SCPA ALPHA 2000, Mes Gabriel DOSSOU & Désiré AIHOU ; Me Karim FADIGA, Cabinet GOTTLIEB STEEL & HAMILTON LLP) ; 2°) TELECEL BENIN SA (SCPA ALPHA 2000).- Actualités Juridiques n° 64-65 / 2009, p. 243, note François KOMOIN

Mots clés :
ARBITRAGE - CONSTITUTION DU TRIBUNAL ARBITRAL - IMPARITE DU NOMBRE DES ARBITRES - NON RESPECT DE L'IMPARITE - CONSTITUTION IRREGULIERE DU TRIBUNAL - ANNULATION DE LA SENTENCE

Articles :
ARTICLE 8 AUA - ARTICLE 25 AUA - ARTICLE 26 AUA

En présence de la règle de l'article 8 AUA qui impose l'imparité du nombre d'arbitres composant le tribunal, doit être annulée la sentence rendue par un tribunal arbitral composée de deux arbitres selon les termes de la convention d'arbitrage qui ne prévoit l'intervention d'un troisième arbitre que si les deux premiers ne sont pas d'accord sur les termes de la sentence à rendre.

Doit donc être cassé le jugement du tribunal qui annule la convention d'arbitrage prévoyant la parité au motif que celle-ci est incompatible avec l'article 8 AUA alors qu'il avait la possibilité d'y remédier en désignant un troisième arbitre.