Présentation de l'OHADA

Presentation-OHADA_Page_15.jpg L'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) a été créée par le Traité relatif à l'Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique.

En savoir plus

Jurisprudence

 
Cour d'Appel de Lomé • Arrêt du 21/12/2006

Ohadata J-10-170

Arrêt n° 163/06, Société ECOBANK-TOGO/ Nouvelle Technologie Togolaise d'Energie et de Travaux Bâtiments

Catégorie : SAISIE CONSERVATOIRE

Mots clés :
VOIES D'EXECUTION - SAISIE CONSERVATOIRE DE CREANCE - MAINLEVEE - CONVERSION EN SAISIE-ATTRIBUTION - OBLIGATION DU BANQUIER SAISI - COMMUNICATION DU SOLDE - EFFETS DE LA MAINLEVEE DE LA SAISIE A L'EGARD DU TIERS SAISIE

Articles :
ARTICLE 156 AUPSRVE
ARTICLE 168 AUPSRVE

Un créancier fait pratiquer une saisie conservatoire sur les avoirs de son débiteur auprès d'une banque qui se borne à indiquer au créancier le solde créditeur des comptes de son client. Par la suite, une ordonnance de mainlevée a été signifiée au banquier tiers saisi. Ce dernier autorise des mouvements sur les comptes et les clôture. Le premier juge condamne le tiers saisi à virer sur les comptes du créancier saisissant les soldes créditeur des comptes du débiteur. Invoquant l'impossibilité de représenter les comptes, le tiers saisi interjette appel.

La Cour d'appel constate qu'en présence d'une ordonnance de mainlevée rendue même à pied de requête, le tiers saisi n'engage pas sa responsabilité en se pliant à l'injonction d'une décision de justice.