Présentation de l'OHADA

Presentation-OHADA_Page_16.jpg L'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) a été créée par le Traité relatif à l'Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique.

En savoir plus

Actualité

Soutenance d'une thèse de doctorat le 27 juin 2020 à l'Université de Yaoundé II-SOA (Cameroun) sur la dématérialisation des valeurs mobilières en zone CEMAC

03/07/2020 11h20 • Lu 1641 fois
Imprimer
photo1

Monsieur Fabrice Léonel N'TCHATAT TOUNYA a soutenu le 27 juin 2020, une thèse de Doctorat en Droit Privé, option Droit des Affaires à l'Université de Yaoundé II - Cameroun, sur le thème suivant : « La dématérialisation des valeurs mobilières en zone CEMAC », dirigée par le Professeur Justine DIFFO TCHUNKAM (Présidente du Conseil d'Administration de l'Agence de Régulation des Télécommunications).

Le jury était constitué ainsi qu'il suit :

  • Président : Monsieur Henri Désiré MODI KOKO BEBEY, Professeur agrégé, Université de Dschang ;
  • Rapporteur : Monsieur Pascal NGUIHE KANTE, Professeur des Universités, Université de Dschang ;
  • Rapporteur : Monsieur Alain KENMOGNE SIMO, Professeur agrégé, Université de Yaoundé II ;
  • Membre : Madame Monique Aimée NJANDEU MOUTHIEU, Professeur agrégé, Université de Yaoundé II ;
  • Directeur de recherche : Madame Justine DIFFO TCHUNKAM, Maître de Conférences, Université de Yaoundé II.

A l'issue de cette soutenance, le jury a reconnu la bonne qualité de la thèse et a attribué au candidat la mention très honorable. Le jury a également apprécié l'aisance du candidat lors de sa soutenance.

Résumé de la thèse

photo2

La dématérialisation des valeurs mobilières a été amorcée par l'OHADA depuis son Acte Uniforme de 1997 où le mécanisme qui jusque-là n'était optionnel que pour les sociétés faisant appel public à l'épargne, a été étendu à toutes les valeurs émises dans l'espace OHADA de façon obligatoire en faveur de l'Acte Uniforme de 2014. Cette réforme d'envergure a également été posée en zone CEMAC de manière ambivalente. D'un côté par le règlement communautaire N° 01/14 du 25 avril 2014 qui limite la portée de cette dématérialisation aux valeurs mobilières qui sont émises dans le cadre d'un appel public à l'épargne et de l'autre par la loi camerounaise N° 2014/007 du 23 avril 2014 et son décret d'application N° 2014/3763 du 17 novembre 2014, ainsi que la loi gabonaise n°027/2016 du 06 février 2017 fixant le régime de la dématérialisation des valeurs mobilières en République Gabonaise qui étendent la dématérialisation à toutes les valeurs mobilières émises sur le territoire national. Aux termes de l'article 1er alinéa 2 de la loi camerounaise précédemment citée, la dématérialisation des valeurs mobilières est une opération de substitution des certificats physiques des titres, par l'inscription en compte des titres sous forme électronique. Il s'agit d'une révolution économique qui facilite la circulation et la conservation des titres, initialement détenus sous la forme matérielle. La dématérialisation des valeurs mobilières est un processus, elle est donc prescriptible. C'est à dire que sa mise en œuvre est limitée dans le temps. Ainsi, compte tenu du fait que la dématérialisation est une opération délicate, qui a une échéance et qui affecte le régime juridique des valeurs mobilières, l'étude d'un tel sujet invite à s'interroger sur les effets de la dématérialisation sur les valeurs mobilières et la pertinence des normes ayant vocation à les encadrer dans la sous-région tant dans sa mise en œuvre que dans la gestion des valeurs mobilières dématérialisées. Cette réflexion trouve tout son sens dans la mesure où d'une part, le législateur communautaire restreint le mécanisme de dématérialisation des valeurs mobilières tandis que les législateurs nationaux en font une portée large. D'autre part, les législateurs tant communautaires que nationaux ont ficelés les modalités de dématérialisation sans prendre en compte les réalités de l'activité économique sous régionale telle que l'inexistence des titres physiques. Enfin, à l'instar de l'AUSCGIE du 30 janvier 2014, les textes en vigueur dans la sous-région rendent désormais obligatoire le régime d'inscription en compte des valeurs mobilières, lequel n'est pas sans effet sur le mode de détention et de circulation de celles-ci en zone CEMAC.

Mots clés : Dématérialisation - Valeurs mobilières.

Summary of thesis

photo6

The dematerialization of securities has been initiated by OHADA since its Uniform Act of 1997 where the mechanism which until then was optional only for companies making public offerings, has been extended to all the securities issued in the OHADA area on a mandatory basis in favor of the Uniform Act of 2014. This major reform was also applied in the CEMAC zone in an ambivalent manner. On the one hand by Community regulation N ° 01/14 of April 25, 2014 which limits the scope of this dematerialization to transferable securities which are issued within the framework of a public offering and on the other by law Cameroonian N ° 2014/007 of April 23, 2014 and its implementing decree N ° 2014/3763 of November 17, 2014, as well as the Gabonese law n ° 027/2016 of February 06, 2017 establishing the dematerialization regime for securities in Gabonese Republic which extend the dematerialization to all the securities issued on the national territory. Under the terms of article 1, paragraph 2, of the Cameroonian law cited above, the dematerialization of securities is a substitution operation for the physical certificates of the securities, by registering the securities in electronic form. It is an economic revolution which facilitates the circulation and conservation of securities, initially held in physical form. The dematerialization of securities is a process, so it can be prescribed. That is to say, its implementation is limited in time. Thus, given the fact that dematerialization is a delicate operation, which has a deadline and which affects the legal regime of transferable securities, the study of such a subject invites us to wonder about the effects of dematerialization on securities and the relevance of the standards intended to guide them in the sub-region both in its implementation and in the management of dematerialized securities. This reflection finds all its meaning insofar as, on the one hand, the Community legislator restricts the mechanism of dematerialization of securities while the national legislators make a broad scope of it. On the other hand, both Community and national legislators have tied up the dematerialization modalities without taking into account the realities of sub-regional economic activity such as the absence of physical titles. Finally, like the AUDSCGIE of January 30, 2014, the texts in force in the sub-region now make compulsory the system of registration in securities account, which is not without effect on the method of holding and circulation of these in the CEMAC zone.

Keyswords: Dematerialization - Securities.

photo4
photo5
photo3

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter :

Monsieur Fabrice Léonel N'TCHATAT TOUNYA
Email : fabrice.ntchatat@gmail.com

Laisser un commentaire

03/07/2020 21h37 par Noé Bayiha

Toutes mes félicitations mon petit, je suis très fier de toi mais ton succès n'est pas une surprise tant j’ai toujours cru en tes grandes capacités.