preloader

Actualité

Publication de l'annuaire des télécommunications en Afrique et au Moyen-Orient

  • 12/01/2007
  • 7354
  • Aucun commentaire
Les télécommunications participent au développement économique et à l'unification des règles, des économies et des marchés et cela est encore plus vrai aujourd'hui avec la révolution de l'Internet et des technologies IP ; c'est pourquoi votre site www.ohada.com soutient sans réserve le projet ACP Numérique (www.acpnumerique.com) de mise en place d'un cadre légal et réglementaire unifié des communications électroniques en Afrique (projet « OHADA des télécoms »), réforme essentielle pour accélérer l'urgent désenclavement numérique ; c'est aussi la raison pour laquelle nous tenons à vous informer de la publication de l'annuaire des télécommunications en Afrique et au Moyen Orient, publié par l'Observatoire Mondial des Systèmes de Communication (OMSYC), téléchargeable gratuitement depuis le site www.omsyc.fr à partir du 31 janvier 2007. Contact : Madame Sara CLIGNET s.clignet@omsyc.fr Tél. : + 33 1 55 04 87 30 Le Directeur Scientifique, Laurent Benzoni, et le Manager, responsable de la production de l'annuaire OMSYC, Ali El Yaacoubi, expliquent ci-dessous cette initiative : Qu'est ce que l'OMSYC? Laurent Benzoni Directeur Scientifique de l'Omsyc et Professeur de Sciences Economiques à l'Université Paris 2 où il dirige le Master TIM (Télécommunications, Internet et Nouveaux Médias). Créé en 1988, l'OMSYC, (Observatoire Mondial des Systèmes de Communication), est un institut d'étude spécialisé sur l'étude des marchés des communications électroniques (télécoms, Internet, Médias). L'Observatoire a constitué progressivement une base de données sur ces marchés contenant plus de 1 million de données. Plus de 220 000 données issues de cette base sont accessibles en ligne et vendues au prix unique de 2 euros la donnée, c'est tout simplement du Data-on-Demand. L'Observatoire édite aussi des rapports mettant particulièrement l'accent sur les analyses quantitatives réalisées à partir de la base de données. Dans cet esprit, l'Observatoire a pris l'initiative d'éditer en 2007 un annuaire des télécommunications en Afrique et au Moyen-Orient qui sera disponible sur son site www.omsyc.fr. Pourquoi cet annuaire? La vocation de l'OMSYC est de proposer à nos clients une amplitude aussi vaste que possible de données sur les marchés des communications électroniques au niveau mondial. Au cours de ses travaux de collecte, l'Observatoire a remarquer que l'Afrique et le Moyen-Orient constituaient des zones où l'accès aux informations primaires était difficile et lorsque des données existaient, elles étaient souvent mal renseignées. En même temps, émergeaient des demandes de la part de clients, qui s'intéressaient à cette région pour le potentiel de croissance qu'elle représente. Une étude marketing a vite montré qu'il n'existait aucun annuaire de cette envergure de par l'exhaustivité en terme de pays couverts, le type d'informations réunies sous forme graphiques aisément lisibles, le tout étant couplé à une base de données accessible en ligne. Par ailleurs, il semblait important de diffuser le plus largement possible une information significative en quantité et en qualité enfin réunie dans un même ensemble pour promouvoir la connaissance de cette région ce qui ne peut qu'aider à son développement. L'aventure était donc lancée... A qui s'adresse cet annuaire? Laurent Benzoni D'abord, cet annuaire offre un panorama unique de l'état des services de communications électroniques dans 64 pays de cette région. L'annuaire s'adresse à toute personne ayant un besoin de connaissance des télécommunications sur la zone que ce soit au titre des opérateurs, des prestataires de service, des autorités de régulation, mais aussi des investisseurs potentiels (fonds d'investissement, banques d'affaires, etc.), les cabinets de conseil, les chercheurs en économie intéressés, etc. Comment l'annuaire sera-t-il distribué? Laurent Benzoni Nous avons décidé de rompre avec les habitudes et opté pour un « business model » dit « gratuit ». Il s'agît en fait d'un financement partagé entre l'Observatoire et des sponsors qui bénéficieront, par cette opération, d'une très bonne visibilité en terme de notoriété, grâce à des insertions de publi-information pleine page dans l'annuaire dont la diffusion sera particulièrement importante puisque disponible gratuitement sur le site www.omsyc.fr. L'édition papier de l'annuaire sera réservée aux seuls sponsors qui en assureront la diffusion auprès des personnes qu'elles souhaitent contacter directement en partenariat avec nos sponsors, au premier rang desquels Maroc Telecom sans qui nous n'aurions pu lancer cette opération. L'annuaire sera donc téléchargeable à tout un chacun à partir de notre site et de sites partenaires, au format pdf. Nous cherchons encore d'autres sponsors car le coût s'avère beaucoup plus lourd que prévu : nous tablons sur une version finale de l'annuaire d'au moins 250 pages! Quant à l'observatoire, il espère accroître aussi sa notoriété et essayer de couvrir les coûts de cette opération par la vente des séries complètes de l'annuaire sous format Excel qui seront disponibles en ligne. Comment crée t-on un annuaire? Ali El Yaacoubi Manager de la production Omsyc, basé à Rabat Plusieurs étapes sont nécessaires pour la production d'un annuaire télécoms. Tout d'abord, la phase de collecte de données primaires (brutes) est longue et mobilise beaucoup de ressources humaines (analystes). Ce problème s'explique par la mauvaise disponibilité d'information et les sources varient d'un pays à l'autre avec des difficultés pour retrouver les sources primaires d'informations. Une fois la collecte achevée, la phase de vérification et de modélisation permet d'estimer les données manquantes, de mettre toutes les données au même format et de corriger toute incohérence éventuelle ou d'expliquer tout point aberrant. Enfin, la dernière étape consiste à rassembler et présenter les données sous forme de fiches pays. Justement, comment trouvez-vous vos données? Ali El Yaacoubi La méthodologie de l'Omsyc consiste à classer les sources par deux types : sources primaires où l'information émane des opérateurs et/ou régulateurs. Pour les opérateurs (fixes ou mobiles), ces informations se trouvent dans les rapports sociaux publiés soit les documents de référence agrées par les autorités de marché financiers pour les entreprises cotées soit les rapports annuels, et/ou les communiqués à la presse financière et les présentations aux investisseurs et analystes financiers. Les régulateurs, quant à eux, publient toutes sortes de documents, allant du tableau de bord trimestriel aux rapports annuels ou aux enquêtes effectuées sur le terrain. Les sources secondaires proviennent d'autres organismes qu'ils soient gouvernementaux ou non, ou de sites d'organismes de recherche, d'association, enfin de la presse. Toutes ces données sont systématiquement collectées et sourcées dans un premier fichier. Puis, nous faisons des analyses pour s'assurer que de la cohérence des données, par exemple si un changement abrupt apparaît dans une série, nous devons pouvoir expliquer ce phénomène : entrée d'un nouvel acteur? Changement de politique de régulation? Baisse de tarifs? Lancement d'une nouvelle technologie, etc. Par ailleurs, nous assurons une cohérence entre toutes les lignes de notre base. Ainsi, lorsque nous réalisons une distinction entre les marchés Résidentiels et entreprises, il faut évidemment que la somme de ces deux sous-marchés soit bien égal au marché total. Il en est de même pour un grand nombre de données dans notre base, qui sont interdépendantes entre elles et dont la cohérence doit être assurée et vérifiée. Il s'agît là d'une exigence très forte de qualité qui fait le label de l'OMSYC sur le marché très concurrentiel des études de marché. Concrètement, que comprennent ces fiches-pays? Ali El Yaacoubi Les fiches-pays présentent plusieurs types d'information. Elle comporte en premier lieu, des informations nationales à caractère général sur le pays : superficie, population, PIB, carte de couverture par les réseaux mobiles, ainsi que la situation du pays en question au sein continent africain ou de la région Moyen-Orient. En deuxième lieu sont présentées des données de cadrage utiles pour la compréhension de l'environnement économique et social. Sont ainsi listées les principales villes du pays dont la population dépasse 500 000 habitants, le PIB par habitant, le taux d'alphabétisation, le rang du pays dans le classement de l'indice de développement humain (indice IDH publié par les Nations Unies), le taux d'urbanisation, le pourcentage de l'industrie des services et de la production dans le PIB national. En troisième lieu, sont recensées des données propres à l'économie des télécommunications du pays : le chiffre d'affaires national des télécommunications, le pourcentage de ce chiffre d'affaires dans le PIB, le nombre de lignes fixes et mobiles, le nombre d'abonnés, les revenus par type de ligne (fixe ou mobile), etc. En quatrième lieu, l'annuaire propose une partie graphique mettant en exergue les données pour la téléphonie fixe, mobile (à la fois le marché et les opérateurs) et l'Internet. Les graphiques dépendent donc du type d'information disponible. Par exemple, les graphiques peuvent représenter le nombre d'abonnés et le taux de pénétration, le taux de croissance de la base client, l'évolution du chiffre d'affaires et le revenu par abonné (ARPU), la segmentation résidentielle et professionnelle, le trafic sortant, et encore bien d'autres. En cinquième lieu, apparaît une partie consacrée à l'Internet : nombre d'abonnés et/ou segmentation entre haut et bas débit, etc. Enfin, une partie contacts liste les coordonnées de l'autorité de régulation, des opérateurs fixes, mobiles et des fournisseurs d'accès Internet. La fiche se termine par quelques événements récents ou attendus dans l'année à venir qui peuvent avoir un impact significatif sur le marché du pays : que ce soit l'octroi d'une nouvelle licence, l'arrivée sur le marché d'une nouvelle technologie (3G par exemple) ou l'ouverture du capital d'un opérateur, le vote de nouvelles lois ou de nouvelles règles générales, etc. Au total, la taille et le détail d'une fiche-pays restent contingents de la quantité et de la qualité des informations qui ont pu être collectées et modélisées. Certaines fiches-pays peuvent atteindre 5 pages de l'annuaire pour les pays bien renseignées, d'autres ne feront que deux pages, signe d'un pays où peu d'informations sont disponibles. Que pensez rajouter comme éléments l'année prochaine? Ali El Yaacoubi L'objectif de la seconde édition sera double. Tout d'abord, uniformiser au mieux les données entre tous les pays, c'est-à-dire trouver et collecter toujours plus d'informations en particulier pour les pays les moins bien renseignés dans la première édition. Ensuite, il s'agira d'approfondir la connaissance des marchés pour les pays que nous estimerons être les plus intéressants pour nos lecteurs et pour nos futurs sponsors. Ainsi, nous pensons ajouter des informations liées aux tarifs de détail pratiqués, aux tarifs d'interconnexion, ou des données de marché telles la portabilité pour la téléphonie mobile.

Laisser un commentaire