Présentation de l'OHADA

Presentation-OHADA_Page_16.jpg L'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) a été créée par le Traité relatif à l'Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique.

En savoir plus
Actes Uniformes

Sommaire

 

 

Le S.M.T. repose sur une comptabilité de "trésorerie" dont le fait générateur de l'enregistrement comptable est la recette ou la dépense (et non l'engagement), T.V.A. incluse (T.T.C.). Aussi, le résultat obtenu est-il égal à la différence Recettes – Dépenses, sous réserve de certaines corrections indispensables (cf. Section 1).

Toutefois, le S.M.T. conserve les caractères fondamentaux, sinon l'apparence, d'une comptabilité en partie double. En fin de mois, puis à la clôture de l'exercice, des écritures de "bouclage" récapitulent les mouvements enregistrés dans le cadre d'une analyse en "partie double".

Dans le cas le plus simple d'application du S.M.T., le bouclage se fait de la manière suivante :

 

n      Bouclage des recettes (mensuel)

 

 

Caisse

 

....................

 

 

 

 

 

 

 

Ventes et autres produits

....................

 

 

 

 

 

 

 

 

n      Bouclage des dépenses (mensuel)

 

 

Achats

 

....................

 

 

 

 

Autres charges

 

....................

 

 

 

 

 

 

 

caisse

....................

 

 

 

 

 

 

 

 

n      Bouclage du résultat (clôture de l'exercice)

 

 

VENTES ET AUTRES PRODUITS

 

....................

 

 

 

RESULTAT (Perte)

 

....................

 

 

 

 

 

 

 

achats

....................

 

 

 

 

 

 

autres charges

....................

 

(ou)

 

 

 

resultat (Bénéfice)

....................

 

 

 

 

 

....................

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le résultat, perte ou bénéfice, est viré pour solde au compte Capital à l'ouverture de l'exercice suivant.

L'existence et la tenue de ces comptes permet d'établir en fin d'exercice une situation qui est un bilan élémentaire (Actif : Caisse ; Passif : Capital, Résultat). La tenue d'un compte Capital, crédité des apports personnels et débité des retraits et des prélèvements, est indispensable à l'obtention d'un résultat de trésorerie significatif au plan économique.

Le recours à une analyse moins grossière des opérations et aux corrections diverses à la clôture de l'exercice conduit à la création de comptes plus nombreux mais limités, et qui fournissent une description convenable du résultat et de la situation de l'entreprise.

La valeur probante de cette comptabilité suppose que les conditions suivantes soient remplies :

-      tenue régulière de livres de trésorerie (livre de recettes, livre de dépenses) enregistrant dans l'ordre chronologique les opérations ;

-      conservation des principales pièces justificatives (factures reçues ou émises, reçus écrits, bandes de caisse, relevés de banques, brouillard de caisse, copies de lettres...) avec classement et numérotation systématiques.