Présentation de l'OHADA

Presentation-OHADA_Page_04.jpg L'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) a été créée par le Traité relatif à l'Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique.

En savoir plus

Jurisprudence

 
Cour d'Appel de Dakar • Arrêt du 27/04/2001

Ohadata J-06-114

Arrêt n° 261, SCI TERANGA (Me René Louis Lopy) Contre ADBOULAYE DRAME (Me Saer Lo Thiam)

Catégorie : PROCÉDURES COLLECTIVES D'APUREMENT DU PASSIF

Mots clés :
PROCEDURES COLLECTIVES - SUSPENSION DES POURSUITES INDIVIDUELLES - TAXATION DES FRAIS DEXPERT ANTERIEURE AU JUGEMENT DE LIQUIDATION - REVISION DES BASES DE TAXATION (OUI) - CONFIRMATION PARTIELLE

Articles :
ARTICLE 75 AUPCAP

Un conseiller taxateur de la Cour d'Appel a rendu une ordonnance taxant l'état des frais et émoluments d'un Expert qui avait assuré diverses diligences pour une société faisant l'objet d'une procédure collective. Les demandeurs s'y opposent en arguant que la nomination d'un liquidateur à la suite de la dissolution d'une société fait obstacle à toute poursuite individuelle, sauf production entre les mains du liquidateur. Pour l'Expert intimé, la nomination d'un liquidateur ne peut, étant postérieure à la taxation, fonder la rétractation de cette taxation.

La Cour d'appel considère que l'essentiel est de savoir comment doit être exécutée l'ordonnance de taxe autrement que par la production entre les mains du syndic. En effet, si l'ordonnance de nomination du liquidateur emportait suppression des poursuites, cette règle n'interdit pas à l'expert de rechercher un titre de créance par la taxation de ses frais et émoluments.